Comment le sport fait-il du bien ?

Depuis 5 ans, à la Boutique "Le S.ur.so" à Mulhouse, le sport est à l'affiche. Pour se sentir mieux "dans la tête et dans les jambes".

14/03/2016

Se défouler, se maintenir en forme... mais surtout aussi, créer du lien, échanger voire même s'adresser enfin la parole. Pour Michel, amateur de foot et assistant social depuis plus de 2 ans à la Boutique Solidarité de Mulhouse, c'est tout cela que le sport apporte aux personnes accueillies qui sont de plus en plus nombreuses à s'inscrire aux entrainements.

"On a commencé à 5-6, on est aujourd'hui une douzaine à se retrouver toutes les 2-3 semaines en salle, pour jouer au foot. En fait, ce qui a été moteur, ce sont les premières Rencontres du sport solidaire, à Toulon, il y a cinq ans. Les personnes qui ont participé aux rencontres ont vraiment eu envie de s'entrainer et de jouer ensuite. En 2014, j'ai été frappé par une chose : quand on est parti, certains accueillis ne se connaissaient pas entre eux et ne s'adressaient pas la parole. À la fin des Rencontres, ils se faisaient la bise !"

Pour les femmes, une activité de remise en forme a été mise en place dans la foulée. Elle se déroule tous les quinze jours dans une salle proche de la Boutique Solidarité. 5 femmes y participent régulièrement, d'autres y font des passages de temps en temps. Là aussi, il s'agit d'abord de se faire du bien. Et de prendre conscience de son corps en en prenant soin petit à petit.

 

Mieux se connaître

Pour Michel, c'est certain, la pratique sportive tisse des liens forts entre les personnes accueillies, mais aussi rapproche l'équipe salariée des personnes qu'elle accompagne. "On est tous boosté, il y a un lien direct qui se met en place et qui rapproche vraiment.

Très souvent, les jeunes nous disent qu'ils sont "au top" et que le sport, ça n'est pas un problème pour eux. Au bout d'un quart d'heure sur le terrain, ils cherchent leur respiration et s'aperçoivent que leur condition physique n'est pas si bonne que ça."

Défoulement, participation collective se couplent à une véritable prise de conscience de l'importance de la santé. Petit à petit, certains freinent le tabac, l'alcool disparaît pendant les entrainements...

"Une personne a même récemment demandé à faire un bilan de santé complet. Même si tous n'en sont pas encore là, petit à petit, des choses se mettent en place et les prises de conscience se font. Nous sommes en pleine réflexion sur les besoins des personnes accueilies et les pratiques sportive et culturelle en font pleinement partie." précise Jean-Philipe, le responsable de "S.ur.so".

Aborder la question de la santé se fait également par un autre biais : une psychologue intervient de manière informelle à la Boutique et décèle au fil du temps et des discussions les problèmes de santé, d'addiction... Elle oriente petit à petit les personnes vers les consultations médicales gratuites organisées notamment à la Boutique.

En 2014, 385 personnes sont venues aux consultations et permanences médicales à la Boutique Solidarité de Mulhouse. Les problèmes physiques et mentaux y sont abordés et l'accès aux soins y est favorisé.