Le mal-logement en milieu rural breton.

Construction de logements très sociaux, partenariat associatif, conférence de presse sur la ruralitude.... l'Agence régionale Bretagne de la Fondation agit contre le mal-logement en milieu rural.

21/07/2015

Inauguré le 18 septembre, le "Village du Courtil Noe" est une résidence adaptée située à Quebriac, petit bourg rural de 1 525 habitants,au nord de Rennes. Ouverte en mai 2015, elle est situé en plein centre-bourg, et comprend 12 logements locatifs sociaux adaptés à la perte progressive d'autonomie des personnes âgées (maisons individuelles de plain-pied).

Pour assurer le vivre ensemble,créer du lien et favoriser le contact intergénérationnel, un espace collectif ouvert au voisinage et à la population de la commune a été créé et un chargé de vie sociale veille à son animation. Enfin, un partenariat avec les acteurs locaux intervenant auprès des personnes âgées et des personnes handicapées a été mis en place.

La Fondation Abbé Pierre, dans le cadre de son programme "Toits d'abord" a complété le financement de cette opération, aux côtés d'autres partenaires. C'est le CCAS de Quebriac qui en est le gestionnaire et NEOTOA, le bailleur social.

Cette résidence répond aux critères de la Fondation en permettant la revitalisation des centres-bourg, le renforcement du lien social , la lutte contre l'isolement des personnes fragiles ; ellle permet également de lutter contre les habitats précaires et inadaptés et d'améliorer l'habitat dans la Communauté de Communes de la Bretagne Romantique.

 

La Fondation et l'association "Solidarité Paysans"

Outre les personnes âgées, le monde agricole fait partie des publics fragilisés en Bretagne. Comment mieux informer les agriculteurs mal logés de leurs droits ? Comment améliorer leurs conditions d'habitat sans engendrer des dépenses trop lourdes ? Ce sont ces questions qui ont rapproché l'Agence régionale de l'association paysanne et permis depuis un an de mieux connaître les situations de mal-logement parsemées sur le territoire, notamment sur les trois départements du Finistère.

Concrètement, chaque bénévole de "Solidarité Paysans" qui accompagne une famille est invité à avoir une attention particulière sur les questions d'habitat, qui ne sont généralement pas la demande première.

Pour cela, chaque membre de l'association dispose maintenant d'un guide pratique afin d'avoir des éléments de repérage sur l'inconfort et la précarité énergétique, ainsi que des informations sur les rôles respectifs des acteurs de l'aide au logement. L'objectif est de pouvoir sensibiliser, favoriser le cheminement des adhérents, informer en ce qui concerne les droits dans ce domaine. 

 

 Changer les conditions de vie : témoignage d’un bénévole

"L’amélioration des conditions de logement d’une famille s’accompagne d’une très nette amélioration de sa qualité de vie et de son estime d’elle-même. Cela peut contribuer largement à retrouver du dynamisme pour reprendre en main son devenir. C’est ce que j’ai pu constater dans le cas d’un accompagnement en Ille-et-Vilaine

Investir dans des travaux d’amélioration de l’habitat lorsqu’on est en difficulté financière ne m’apparaissait pas comme prioritaire ou même comme quelque chose de possible. Il a fallu un regard extérieur, un regard neuf d’une jeune assistante sociale pour me convaincre que c’était possible.

J’étais habitué à rencontrer cette famille dans une pièce froide, exposée au nord avec très peu de lumière une pièce qui servait de cuisine, de salle à manger, de bureau et de dortoir pour les nombreux chats et chien. Une pièce où l'on rentre de l’étable ou des champs sans quitter ses bottes ou la porte est toujours entrouverte car la cheminée fume.

Un logement est trouvé dans le bourg pour le temps des travaux. C’est une coupure avec les habitudes de vie à la ferme. Les chats ne sont plus là. Les bottes restent à l’extérieur lorsqu’on revient de l’exploitation. La maison louée est entretenue pour rester propre.

Les travaux durent quelques mois, la famille a hâte de retrouver sa maison. Elle est  transformée, lumineuse, avec des larges ouvertures au sud. Des meubles en bon état dénichés sur "le bon coin" par les jeunes voisins ont permis de parfaire la réinstallation.

Aujourd’hui, c’est avec fierté que cette famille reçoit chez elle. Le bonheur pour madame, c’est d’avoir pu accueillir sa maman âgée, grâce aux nouvelles commodités  de la maison. Le logement et son environnement fleuri, son jardin potager, en disent long sur le mieux être de cette famille."  

Des formations sont organisées pour que chacun (salariés ou bénévoles), se sente plus à l'aise pour aborder ce sujet le plus adroitement possible. Une de ces journées étaient organisées par l'Agence de la Fondation le 23 juin dernier, à Loudéac.

D'autres sont programmées à l'automne. Pour compléter cette démarche et renforcer ce partenariat, l'Agence Bretagne organise le 24 septembre une conférence de presse sur la ruralitude, à Carhaix. Elle profitera de cette occasion pour lancer son action régionale contre la précarité énergétique.

En Bretagne, 75 % des consommations d’énergies des logements étaient dues en 2006 au chauffage. On estime sur cette même année que 53 % des logements du parc sont classés en G et sont donc très énergivores.